« Allons ! Je causerai avec moi-même pour mon propre plaisir ! Advienne que pourra !

  De quoi parler ? De tout ce qui me frappera, de tout ce qui me fera réfléchir. Tant mieux si je trouve un lecteur et, si Dieu le veut, un contradicteur. Dans ce dernier cas, je serai forcé d'apprendre à causer et de savoir avec qui et comment je dois causer. Je m'y appliquerai, parce que pour nous autres, littérateurs, c'est ce qu'il y a de plus difficiles. »

 

Journal d'un écrivain

Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski


➤ Concours Festiv'aralya

Je suis très heureux d'avoir été sélectionné cette année pour participer au festival Aralya, du 5 septembre au 27 novembre. Plus d'une centaine de dossiers, quarante artistes choisis, dont seulement deux photographes.

Il s'agit d'une exposition en ligne, en 3D, où chaque visiteur peut élire son artiste préféré.

L'accès à la galerie est ici.

Ma présentation est .

 

Merci pour votre participation !

 

Lire la suite 0 commentaires

➤ Foire internationale de la photo de Bièvres

Je suis très heureux d'avoir été retenu à la 53e Foire Internationale de la Photo de Bièvres les 4 et 5 juin 2016 dans la catégorie « Marché des Artistes ». Je tiendrai donc un stand dans lequel j'exposerai mes dernières photos argentiques, et serai ravi d'échanger avec vous.

 

 

Lire la suite 0 commentaires

➤ Expositions

En septembre, j'exposerai quelques photographies lors de promenades artistiques dans deux villages du Loir-et-Cher. Vous retrouverez quelques impressions sur plaques d'aluminium, quelques tirages 10x15 sous plastique, 20x30 sous cadre, et la présentation du vieux matériel que j'utilise.

Au plaisir de vous rencontrer.

 

Lire la suite 0 commentaires

➤ Un poème/Une photo#1

Lire la suite 0 commentaires

➤ Et Pan, la Vérichrome - le Retour.

Après une douzaine de photos prises avec le Kodak Brownie Starlet Camera, dont quatre inutilisables, voici le résultat :

 

Lire la suite 0 commentaires

➤ Femme endormie - Charles Bukowski

©Franz Alias
©Franz Alias

Je me suis assis dans le lit au milieu de la nuit et t'écoute

ronfler

je t'ai rencontrée à la gare routière

et maintenant je m'émerveille devant ton dos

d'un blanc maladif et couvert de taches

de rousseur de l'enfance

tandis que la lampe dépouille l'insoluble

tristesse du monde

sur ton sommeil.

Lire la suite 0 commentaires

➤ Et Pan, la Vérichrome.

 

 

Test en cours : pour l'appareil photo Kodak Brownie Starlet Camera (voir ici), une pellicule N&B Kodak Verichrome Pan périmée depuis 1979 !

Il paraît qu'elle offre, malgré son âge, des qualités exceptionnelles.

 

Nous verrons bien...

 

 

 

Lire la suite 0 commentaires

➤ Cartes postales


Oyez les veinards !

Vous avez aujourd'hui la possibilité d'acquérir – pour une somme dérisoire (3,00 €/pièce) – des cartes qui, non contentes d'être décoratives, peuvent être postales. Quatre modèles vous sont proposés, tout en papier glacé, avec bords noirs et titres écrits à la machine. Leurs dimensions restent standard : 0,000105 x 0,000148 km.

Petite précision : série très limitée. Alors inutile de vous conseiller de sauter dessus, n'est-ce pas.

C'est ☛ ici.


Des poutous,

Franz

Lire la suite 0 commentaires

➤ Couvrez ce sein que je ne saurais voir !

©Flore Betty
©Flore Betty

 



  Comme chacun ne devrait pas l'ignorer, ma chérie est artiste peintre. Elle n'appartient à aucun courant, ne dépend d'aucune école, ne défend pas de causes, et possède une technique propre. Elle peint essentiellement des femmes, des belles femmes, en portrait ou en nu, des femmes au regard perdu, loin, profond, des femmes qui s'expriment par ce qu'elles sont, avec élégance, douceur et féminité, des femmes universelles.

Lire la suite 0 commentaires

Critique ///

Illustration ©Jean-Marie Drouet
Illustration ©Jean-Marie Drouet

 

 

 « Je dois avouer qu'en lisant le manuscrit Oh valdingues, j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Il me semblait qu'elle se résumait à un pauvre type qui picolait, baisait, picolait, baisait... sur un fond de règlement de comptes. Et puis j'ai fini le livre d'une traite, totalement captivé. Du grand art. Le début était forcément nécessaire pour poser la trame de l'histoire ainsi que les personnages auxquels j'avais eu du mal à m'identifier.

   C'est certain, ce texte mérite d'être publié. »

J. M.

0 commentaires

➤ Oh Valdingues [extrait 8]

Lire la suite 0 commentaires

➤ Oh valdingues [extrait 7]

p. 83

 

 

  J'étais paisiblement en train de lui suçoter l'entre-cuisse quand un cri tout droit sorti d'un film d'horreur nous paralysa, du moins juste après m'être redressé et qu'elle m'a envoyé un de ses genoux dans les dents.

Lire la suite 0 commentaires

➤ Oh valdingues [extrait 6]

p.166

 

  Comme c'était dimanche, Kim était revenu au garage vers 13h, des fruits dans un sac de papier, en spécialiste de la vidange, qu'il était. Tandis que je tentais de m'extraire du clic-clac en pas trop de gestes, il avait fait table rase et passait un coup d'éponge dessus. Le minimum d'épluchures et le tout coupé en dés. Un saladier et vlan : ingestion obligatoire.

Lire la suite 0 commentaires

➤ Déf.

0 commentaires

➤ Oh valdingues [extrait 5]

p.131 

 

 


 

  Il m’a fallu dix ans pour retrouver la table. Quand je me suis assis, le type à côté de moi avait une tête qui ne me disait rien. On s’est regardés quelques secondes et puis je me suis levé. La vache, j'ai pensé, j’en tiens une bonne.

Lire la suite 0 commentaires

➤ Latitude/L'attitude

1 commentaires

➤ 13e Note Editions en difficulté.

La maison aux auteurs extrêmes sous haute tension, comme elle se définit, suspend ses publications.

Lire la suite 0 commentaires

➤ Travail en cours

 

  Je suis remonté en cabine rejoindre Fred. Redresseur en marche, lampe allumée, format sélectionné, rideau ouvert, projecteur en marche, dérouleurs qui tournent, quand le volet s'est ouvert j'ai juste peaufiné la mise au point sur les premiers titrages du film. UGC presents... J'ai déplacé le cadrage un chouïa vers le haut... A Film by Emir Kusturica... 

Lire la suite 0 commentaires

➤ En écriture...

 

 

 

Entame un nouveau projet d'écriture,

à base de pellicule.

Lire la suite 0 commentaires

➤ Flore Betty

 

  Particulièrement ravi de constater que l'artiste Flore Betty a réussi à atteindre l'objectif qu'elle s'était fixé dans son projet de financement participatif.

  A la clé : ses oeuvres seront présentées pendant une année dans une galerie parisienne et lors de trois expositions à l'internationale.

Lire la suite 0 commentaires

➤ Lecture

 

  « – L'important c'est d'aller, de faire, de rire, de pleurer, de vivre. Ce sont des verbes, de l'action. Si tu te trompes, tant pis. Mais si tu ne décides pas par toi-même, la chance, bonne ou mauvaise, te sera toujours étrangère. Tu comprends ? On ne peut pas vivre en accusant toujours les autres de ton malheur, parce qu'être malheureux, c'est aussi un choix, mais un choix de merde.

  – Et qu'est-ce que je fais de mes peurs ? demanda-t-il.

  – Tu les avales, tu les digères, et un beau jour tu apprendras à chier dessus. »

 

© Carlos Salem / Aller simple

Lire la suite 0 commentaires

➤ Oh valdingues

Illustration ©Jean-Marie Drouet
Illustration ©Jean-Marie Drouet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Bientôt livré...

Lire la suite 0 commentaires

➤ Oh valdingues [extrait 3]

p.89


  Le parking de l’hôtel avait quelque chose d’un parking d’hôtel, avec des bandes blanches à l’écartement calculé et des lampadaires verticaux plantés tous les huit traits. Des types avaient étudié la chose pendant tout ce temps que j’avais cherché des réponses au bien-fondé de l’humanité dans les formes extravagantes des nuages, les mains croisées derrière la tête.

Lire la suite 0 commentaires

➤ Oh valdingues [extrait 2]

p.114


  Je suis resté sans voix, pour dire les choses avec emphase. C'était un peu comme une paire de gifles reçue par un manchot. Avec l'élan en plus. C'était à ne plus se servir d'un stylo. A ne plus sortir un son. Sous peine de passer pour le dernier des charlatans.

Lire la suite 2 commentaires

➤ Oh valdingues [extrait 1]

p. 53

 

  Le trottoir n'était pas loin de finir liquide. Je me disais qu'à tout prendre, 40° je les aimais mieux dans un verre. Mais j'ai quand même pris le temps de lever mon nez vers le ciel pour voir de quoi il retournait.

Lire la suite 0 commentaires

➤ Plus à l'ouest, mon amour /// 5 - Bad Moose

 

 

 

  Il y avait chez Clémentine et Martin une tonne de bouquins. Des rayonnages tapissaient le moindre espace de mur. Ça croulait, c'était un bordel monstre. Leur appartement était une effrayante bibliothèque underground.

Lire la suite 0 commentaires

➤ Plus à l'ouest, mon amour /// 4 - Je est une pute

©Franz Alias

    On s'est croisés vers midi. Elle rentrait, je sortais. « J'ai vendu une toile ! » m'a-t-elle dit. J'ai répondu que c'était chouette, qu'elle était la meilleure. J'ai pensé qu'on allait peut-être en profiter pour prendre l'air. J'ai pensé qu'il fallait que je trouve une solution pour pouvoir moi aussi crier un jour dans le corridor qu'un type avait eu le culot, le bon goût, ou la folie de mettre une thune dans mes gribouillages. J'ai pensé que j'étais loin du compte. Mais que pour le coup, ça serait pépère d'aller voir la mer.

Lire la suite 0 commentaires

➤ Plus à l'ouest, mon amour /// 3 - Une vie à la fenêtre

©37°2 le matin

 


  Voilà. Comme quoi la vie à la maison ne cessait de nous réserver des surprises. J'ignorais qu'un détail des plus dérisoires allait me retourner la mienne. 

  Mon grand projet pour l'heure était d'éplucher des pommes de terre, et le phénomène, allez savoir comment, s'était mis à germer tout seul.

Lire la suite 0 commentaires

➤ Plus à l'ouest, mon amour /// 2 - Quelques traces de culture au fond du slip

©37°2 le matin

  Quand Chris s'est pointé à la maison, on en était déjà à notre troisième verre chacun. Autant dire qu'on allait bien s'énerver. Elisa remuait son chili penchée sur sa marmite, goûtait à même la cuillère en bois, et se jetait une rasade de Sang de taureau. Moi je tapais généreusement dans les cacahouètes, j'avais bien fait de me charger les bras en sortant de la supérette.

Lire la suite 0 commentaires

➤ PLus à l'ouest, mon amour /// 1 - Se faire mousser

  — Tu veux une bière, Manny , elle a demandé.

  — Et ouais.

  — On se la boit à deux, ou tu en veux une pour toi ?

  Je l'ai regardée sans broncher. Un de ses sourcils s'est mis à attendre une réponse. Dans l'intervalle, je me suis dit que ça y était, que je l'avais le thème de mon premier billet.

  — Une entière, évidemment..., qu'elle a lancé en retournant son popotin vers la cuisine.

Lire la suite 0 commentaires