➤ 13e Note Editions en difficulté.

La maison aux auteurs extrêmes sous haute tension, comme elle se définit, suspend ses publications.

 

 

 

Depuis 2009, la maison d'édition 13e Note publie une quinzaine de titres par an. Spécialisée dans la littérature américaine, beat, post-beat, underground, autobiographie, trangression..., elle s'est donnée pour mission de donner un porte-voix à ces « bâtards célestes », ces irrécupérables instinctifs, ces inconsolables indépendants, des auteurs qui, non contents de ne pas dissimuler leur ombre, se drapent dedans.

 

 

 

Aujourd'hui nous apprenons dans une lettre d'information par la plume d'Eric Vieljeux – le directeur des éditions – qu'aucun titre ne paraîtra à partir de juin« Le moment est venu pour nous de réfléchir aux moyens financiers nécessaires à la poursuite de notre activité. Difficile de garder "la tête hors de l'eau" quand on publie uniquement de la littérature étrangère et inédite ».

 

Oh, c'est quoi cette mauvaise blague ?

« Nous remercions chaleureusement les libraires, les lecteurs, les fans sur la toile, notre diffuseur et distributeur Flammarion pour leur soutien depuis nos débuts en avril 2009.

Pendant cette période de réflexion, les fonctions administratives et logistiques continueront à être assurées et les 74 titres de notre catalogue seront disponibles.

Notre gratitude va à tous ceux et celles qui apprécient notre travail et nous ont encouragé jusqu’à ce jour ».

 

 

 

Moi, c'est Charles Bukowski qui m'a fait découvrir 13e Note, même s'il n'a jamais fait ça. Depuis, j'ai rencontré Mark Safranko, un type qui préfère écrire que respirer, Dan Fante, le fils de John et ami du précédent, qui outre une prose percutante m'a offert quelques poèmes bouleversants, Ry Cooder, le compositeur de Paris, Texas de Wim wenders, qui m'a présenté des laissés-pour-compte d'une Los Angeles nostalgique, Gerald Locklin, un des plus grands poètes de la côte Ouest et ami du vieux dégueulasse, Tony O'Neil, un ex-héroïnoman devenu romancier, nouvelliste, poète, etc., etc.

Des auteurs, comprenez-vous, qui ont connu et qui décrivent une amérique déglinguée et sans illusions préfabriquées, dont les héros sont des tordus, des paumés, des drogués, des alcooliques, des idéalistes ou des êtres humains très ordinaires. Et même s'ils tordent le cou au rêve américain, tous ces types finalement le fabriquent eux-mêmes, et nous l'offrent, brut de décoffrage. Quoi qu'il en soit, ils ne sont certainement pas près de m'endormir.

 

Alors maintenant, on fait quoi, nous autres lecteurs ?

On fait ce que la maison d'éditions voulait qu'on fasse depuis le début de sa création :

« 13e Note fait les présentations – la suite de l'histoire vous regarde.

May the road rise to meet you. »

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0