➤ Oh valdingues [extrait 3]

p.89


  Le parking de l’hôtel avait quelque chose d’un parking d’hôtel, avec des bandes blanches à l’écartement calculé et des lampadaires verticaux plantés tous les huit traits. Des types avaient étudié la chose pendant tout ce temps que j’avais cherché des réponses au bien-fondé de l’humanité dans les formes extravagantes des nuages, les mains croisées derrière la tête.

  Je me demandais qui possédait la meilleure place, des employés de la mesure ou de moi, du 4x4 rutilant ou de la Checker poussiéreuse. J’ai pensé qu’un jour ou l’autre il faudra bien que je me penche aussi sur cette idée de mesure, parce qu’on n’a pas dix-sept ans toute sa vie. A l’aube du douzième millénaire, j’étais sûr que j’aurais la réponse. En attendant, il fallait bien poser ses fesses quelque part et le plus important était de ne pas s’abîmer le coccyx.

 

 

© Franz Alias

Écrire commentaire

Commentaires : 0