➤ Oh valdingues [extrait 1]

p. 53

 

  Le trottoir n'était pas loin de finir liquide. Je me disais qu'à tout prendre, 40° je les aimais mieux dans un verre. Mais j'ai quand même pris le temps de lever mon nez vers le ciel pour voir de quoi il retournait.

  Krista s'est installée derrière le volant du break bleu. Quand elle a tourné le contact, le truc s'est mis à vibrer de partout;

  Elle s'est penchée pour ouvrir la vitre du côté de la place du mort et m'a lancé :

  – Ben alors, tu montes pas ?

  – Non, j'ai dit. A ce jeu-là, j'aime autant avoir le dernier mot.

  – Quoi ?... Allez grimpe, on va finir par être à la bourre.

  – Il n'est pas question une seconde que je monte là-dedans ! Tu vois pas qu'il y a une petite tâche sur le siège, ???

  Son premier réflexe a été de vérifier, puis elle a levé les yeux vers moi.

  – Ça va... ça va..., elle a baragouiné en glissant à la place du passager. Vas-y, prends le volant, ça va te détendre.

  Une fois installé, je me suis tourné vers elle, une main sur le haut du volant, l'autre sur le levier de vitesse, un pied qui faisait vroum vroum, et la bouche en circonflexe :

  – Cap à l'ouest, baby ? T'es prête pour l'aventure ? ou tu préfères comptabiliser tes points retraite ?

  – Roule, et pense aux freins qu'en cas d'urgence.

  – Ça marche.

  J'ai déboîté sur la chaussée. Et j'ai calé.

 

 

© Franz Alias

Écrire commentaire

Commentaires : 0